1 mois et demi après l’incendie de son immeuble, Janine Sancé n’a toujours pas de solution de relogement

Janine Sancé avait quitté à regret son logement suite à l’incendie ayant touché son immeuble, au 63 rue Jean Jaurès. Les élus de l’opposition et l’association Citoyens en Action à Puteaux (aujourd’hui « Citoyens Puteaux ») avaient contribué à trouver un accord avec un cadre représentant le propriétaire de l’immeuble, Vinci Immobilier : qu’elle soit hébergée à l’hôtel a minima jusqu’au 31 décembre, et que Vinci mobilise son réseau pour trouver une solution de relogement définitif.

Aujourd’hui, Janine n’a eu aucune proposition de relogement correspondant à ses besoins. Vinci Immobilier affirme avoir poussé la demande auprès de la Préfecture et de la Ville, sans succès concernant Puteaux. Dans l’immédiat, Vinci Immobilier prolongera l’hébergement au-delà du 31/12.

L’OPH de Puteaux n’a pour l’instant pas apporté d’aide à Madame Sancé, malgré le caractère urgent et prioritaire de sa demande de logement. Il y a pourtant des appartements libres dans le parc HLM de Puteaux. Mme Sancé réside dans la commune depuis 1999. Sa demande est reconnue comme prioritaire DALO depuis plusieurs années.

Il y a quelques mois, l’Agence nationale de contrôle du logement social (Ancols) pointait de façon argumentée et publique l’une des particularités de la gestion de l’OPH de la Ville décrites par: le caractère peu social des attributions de logement.  (lien : http://www.ancols.fr/index.php?tg=fileman&id=1&gr=Y&path=Fichiers+publics%2FRapports+de+contr%F4le%2F2016&sAction=getFile&idf=1582 ). Cette affaire semble malheureusement illustrer l’une des dérives observées dans le rapport de l’Ancols : la propension de l’OPH de Puteaux à ne pas proposer de logements sociaux aux publics en difficulté.

L’association Citoyens Puteaux poursuit sa mobilisation pour trouver une solution.

Laissez un commentaire !