Ce que l’on sait de la future passerelle piétonne qui reliera Puteaux et son île

La ville de Puteaux vient de lancer un appel d’offres afin d’organiser un concours d’architecture pour la future passerelle piétonne qui reliera la ville et l’île. Cette idée avait été évoquée par plusieurs candidats aux élections municipales de 2014 et de 2015. Le dossier de consultation des entreprises nous révèle des détails que nous ignorions jusqu’à présent sur le futur ouvrage . Décryptage.

 

Localisation

Nous apprenons qu’une étude de faisabilité a été réalisée au printemps 2015 afin de définir la localisation de la future passerelle parmi plusieurs options :

  • option 1 : dans l’axe de la rue Godefroy,
  • option 2 : dans l’axe de la rue de l’Abbé Guibert (voie privée de la résidence Bellerive),
  • option 3 : dans l’axe du square Léon Blum (au pied de la Tour France).

Sans que le document ne nous apporte plus de précisions, nous apprenons que c’est finalement l’option 2 qui a été retenue. Pour rappel, lors des élections municipales de 2014, « Puteaux Pour Vous » proposait d’implanter l’ouvrage dans l’axe de la rue Godefroy afin de faciliter les déplacements entre entre le centre-ville et le Palais des Sports. « Puteaux une ville d’avance » et « Puteaux Passionnément » proposaient quand à eux une localisation au tiers de la distance entre les ponts de Puteaux et de Neuilly, reliant la résidence Bellerive et le stade de rugby de l’île de Puteaux, localisation finalement validée aujourd’hui.

 

 

Une occasion manquée de consulter la population ?

L’association « Citoyens en action à Puteaux » déplore l’absence de concertation autour de ce projet majeur. Nous pensons que des ateliers de concertation auraient pu être organisés afin d’associer les habitants à la définition des besoins. D’autre part, les résultats de l’étude des 3 options auraient pu être présentés au public afin d’expliquer l’implantation retenue pour la passerelle.

 

Un manque d’ambition ? 

On peut regretter que cette passerelle semble être un objet isolé, non intégré dans un schéma d’ensemble d’amélioration des déplacements doux et des espaces publics. En effet, nous pensons que ce projet devrait être pensé en même temps que la transformation du quai de Dion Bouton, aujourd’hui véritable autoroute en bord de Seine. De l’autre côté, sur l’île, on peut regretter que le projet de passerelle ne soit pas lié à une réflexion plus globale sur les déplacements piétons au sein de l’île, aujourd’hui entravés par de nombreuses grilles, portails et péages occasionnels ! Il est d’autant plus inquiétant de lire que le futur ouvrage devra comporter, du côté de l’île de Puteaux,  un « dispositif de contrôle d’accès et de sécurité afin d’en limiter son accès aux seuls usagés autorisés ». Relevons la contradiction entre une volonté de créer du lien par une passerelle tout en mettant en place un dispositif susceptible de refouler certaines personnes à l’arrivée !

Dans ces conditions, la future passerelle ne constituera pas un maillon renforçant les circulations douces, ouvertes à tous et à toutes heures, reliant entre eux les grands espaces verts de l’agglomération. En effet, la localisation choisie impliquant l’arrivée de la passerelle dans l’enceinte close du parc de sports de l’île de Puteaux, elle en deviendra, de fait, la principale porte d’entrée.

 

Caractéristiques techniques

Le rapport de présentation du projet nous donne quelques caractéristiques du projet :

  • 145m de franchissement, dont 33m de franchissement des voies automobiles du quai de Dion Bouton et 109m pour le franchissement de la Seine
  • accroche côté ville : sur le quai de Dion Bouton, au niveau de la rue de l’Abbé Guibert, par un ascenseur et un escalier (le cheminement ne s’annonce donc pas très fluide, avec une passerelle qui débute à plusieurs mètres au-dessus du sol)
  • accroche côté île : sur l’allée Georges Hassoux, au niveau de la tribune du stade de rugby, directement à niveau avec le sol
  • 5m de largeur minimum
  • circulation réservées aux piétons, rolliers et vélos
  • matériaux au choix des concepteurs
  • appui de la passerelle sur les berges, pas d’appui dans la Seine
  • un éclairage pour la circulation sur la passerelle
  • un éclairage de mise en valeur de l’ouvrage
  • garde-corps de 1,4m de hauteur
  • option pour un belvédère lié à la passerelle, côté Puteaux

Trois équipes devraient être amenées à concourir et à présenter un projet respectant ces critères. A l’issue du concours, nous demandons à la ville d’organiser une exposition publique présentant les 3 projets afin de recueillir l’avis des Putéoliens avant de choisir le projet lauréat.

 

Budget et financement

Le coût d’objectif du projet est annoncé à 8,8 millions d’euros HT. Le projet devrait être essentiellement financé par le budget municipal. Rappelons qu’à plusieurs reprise Joëlle Ceccaldi-Raynaud a précisé que le projet serait financé par le conseil départemental des Hauts-de-Seine, comme en atteste ces extraits des programmes présentés par la liste Union Pour Puteaux lors des municipales de 2014 et 2015.

Mars 2014
Programme de la liste Union pour Puteaux (Puteaux Passionément), menée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud

« Vue de la future passerelle de l’île financée par le conseil général des Hauts-de-Seine »

 

Juin 2015
Programme de la liste Union pour Puteaux (Puteaux en toute confiance), menée par Joëlle Ceccaldi-Raynaud

« Cette passerelle sera cofinancée par le département des Hauts-de-Seine. »

passerelle jcr juin 2015

 

Cette évolution du financement n’a rien d’étonnant. En effet, la localisation de la passerelle en fait un ouvrage qui bénéficiera surtout aux Putéoliens pour se rendre la ville aux équipements situés sur l’île. 

 

Calendrier

Le calendrier prévisionnel est le suivant :

  • Concours : 1er semestre 2016
  • Etudes techniques : de septembre 2016 à septembre 2017
  • Appel d’offres travaux : 4e trimestre 2017
  • Travaux : de janvier 2018 au premier trimestre 2020
  • Élection municipale : mars 2020 (sic !)

 

Et en attendant 2020 ?

Le rapport de présentation du projet précise que « le pont de Puteaux n’offre pas une accessibilité aux piétons et aux cyclistes suffisante et satisfaisante”. On ne peut regretter ce constat quand on sait sur le pont et les carrefours situés de part et d’autre ont fait l’objet de travaux au cours des étés 2014 et 2015 sans apporter la moindre amélioration au confort des piétons et des cyclistes : pas de pistes cyclables, des traversées piétonnes dangereuses et non confortables, pas de traverses piétonne possible au niveau du feu de l’ile. Ces travaux, réalisés par le conseil départemental auraient du faire l’objet d’une attention particulière portées aux déplacements doux puisque le pont est aujourd’hui un passage obligé pour les Putéoliens qui veulent profiter des installations de loisirs et de sport de l’ile de Puteaux et du bois de Boulogne. Sans attendre 2020, nous souhaitons que soit étudiée la possibilité de réduire la chaussée d’une voie de circulation dans chaque sens afin d’améliorer au plus vite le confort de la traversée du pont de Puteaux.

 


Pour en savoir plus :

Voir ce document issu du dossier de consultation des entreprises : Présentation du projet – Mission de maîtrise d’œuvre pour la création d’un franchissement de la Seine entre la Ville de Puteaux et l’île de Puteaux

Voir également cet article du Parisien du 15 avril 2015 : Puteaux projette une passerelle piétonne au-dessus de la Seine

Laissez un commentaire !